Cours du brent à londres

Depuis ns début aux l’année, le brut américain se négocie très en bas des cours aux baril aux Brent. Une situation inédite, qui ne peut être s’expliquer plus partiellement, condamné un nombres croissant d’experts aux premier plan. Ns journaliste ns site internet du Financial Times suggère une manipulation du la banque centrale américaine. Elle hiérarchie les soutient.

Vous lisez ce: Cours du brent à londres

Sur ns marché du pétrole brut, il existe deux prix de référence : celui aux baril de Brent aux la mer de Nord und celui ns West texans Intermediate (WTI), le ailé léger américain. Le prix ns Brent est devenu le repère principal de marché, puisqu’il sert à négocier les deux troisième des contrat internationaux. Le WTI, lui, est antériorité tout utilisé convoque les contrats de seul merl nord-américain.

Le WTI a longtemps été légèrement concède cher que les Brent. C’était logique, de le WTI dorient un pétrole vie plus léger que le Brent, par conséquences moins cher à raffiner, et donc plus recherché. Mais puisque le début ns l’année, ça tendance traditionnel s’est sauvagement inversée. Une écart ns 26,40 usd séparait hier ns cours ns WTI (83,60 dollars) aux celui aux Brent (110 dollars).

*

Cette nouveauté dorient expliquée par leur facteurs convaincants : d’un côté, l’explosion de la demande aux la Chine et aux l’Inde, qui négocient la plupart de leurs contrat sur la investissements de ns valeur ns Brent ; de l’autre, une engorgement de marché américain, de à l’augmentation carrément forte ns la production de sables bitumineux canadiens et for relative mollesse du la croissance de la consommation ns Etats-Unis, induite par ns crise.

Mais pour certaines analystes aux premier plan, ces explications commencent à mer un bits courtes pour justifier l’ampleur et la stabilité de l’écart entre la valeur de WTI und celle aux Brent (entre 25 et 30 % depuis cet été).

Izabella Kaminska, ns journaliste de Financial temps spécialiste ns l’énergie et des politique des banques centrales, défend d’un explication scandaleuse dedans un post daté de 30 août, qui faisaient depuis étape mal de bruit dans das salles de marché des matériel premières : selon elle, ns prix du WTI je serai là manipulé par ns Fed, les banque central américaine

Dans une style suite l’on s’attend jusquà trouver d’environ un emplacement complotiste plutôt que dessus ‘Alphaville‘, blog virtuellement pointu ns quotidien economic le concède réputé aux la planète, Izabella Kaminska écrit :

« Est-ce qu’une organiser d’intervention du autorité ou du secteur privé inspirée par les Fed pourrait matin à l’origine du mystère ?

Il orient improbable, bien sûr, que nous en soyons un journée certains. Mais voici toutefois une série d’analystes qui notent augmenter que quelque chose du très étrange orient en train ns se passer sur leur marché. Quelque chapitre qui née peut un m expliqué ou par das fondamentaux , ni par esquive flux financiers. »

Suivent des extraits du cinq pluriel publiées ns cours des dernières semaines, qui toutes voir les réel incohérences.

Voir plus: Comment Faire Un Mandat Cash La Poste, Tout Sur Le Mandat Cash De La Banque Postale

Dans une note du conjoncture, ns banque Barclays décharge qu’à Cushing (Oklahoma), clé site d’entreposage ns brut du Etats-Unis, les stocks « sont à plus bas depuis novembre 2010 », c’est-à-dire prédécesseur que le prix du WTI ne décroche du celui de Brent. Entre d’autres facteur qui devraient logiquement tirer das prix aux WTI vers les haut, ns banque d’affaires anglais souligne qu’au deuxième trimestre 2011, la opération canadienne de sables bitumineux a lété ralentie par plusieurs incidents, notamment par d’importants feux de forêt. La conclusion des analystes aux Barclays est pour le petit dubitative :

« Face à cette réalité, expliquer un écart ns valeur supérieur à 20 usd entre ns WTI rang les autre valeurs repères commander à pointer ns erreur systématique aux marché, autrement dit ns marché qui n’envoie pas de tout esquive signaux corrects. »

Robert Campbell, ns Reuters, dans ns dépêche datée de 29 août, mentionné pour sa aller :

« Les analystes ns pétrole sont de plus en plus d’accord pour attribuer que l’écart entre le Brent et les West texans Intermediate est fondamentalement injustifié, maïs rares sont celles qui souhaitent parlant quand cette écart pourrait s’effondrer. »

Olivier Jakob, enfin, directeur ns la société aux conseil suisse Petromatrix, fait part de sa profond perplexité :

« Le recours ns réserves stratégiques américaines, la chute du Tripoli, das stocks de brut jusquà Cushing en bas des capacité d’utilisation… aucune n’y je faisais (…). Conditions météorologiques continuons jusqu’à ne pas lécriture quoi que ce soit pour expliquer l’écart croissant entre le Brent et les WTI. »

Olivier Jakob, ns Petromatrix, a mis les puce jusqu’à l’oreille d’Izabella Kaminska dès février 2009, après ns première chiffre d’une trimestre inhabituelle entre le cours ns WTI und celui du Brent, venir second semestre 2008 (*). Depuis, M. Jakob accusé régulièrement United claims Oil fund (USO), un significativement fonds d’investissement pétrolier américain, ns truquer ns cours ns WTI dedans le but aux le maintenir artificiel bas. Ns 24 février 2009, Izabella Kaminska décrivait déjà cette qu’elle nomme « le mystère aux l’United states Oil Fund ». (*) Correction, cf commentaires.

Loin ns se désolidariser ns la journaliste, Ed Crooks, éditeur en chef aux Financial Times aux Etats-Unis dessus les questions d’énergie rang d’industrie, juge la thèse ns sa collègue « fascinante », dans ns tweet publié du 30 août.

L’accusation n’en demeure pas moins vertigineuse, et bien que le mobile concis et politique paraisse évident, nexiste pas preuve n’est il est fourni (comme le reconnaît d’emblée ns journaliste).

Bien sûr, les scandale d’Enron, en 2001, a manifestation à quel mission les cours de l’énergie américain pouvaient être manipulés. Mais ns Fed n’a joué ne sont pas rôle dans cette affaire. De plus, malgré la proximité entre la direction de la lentreprise Enron et de nombreux membres aux l’administration Bush, à départ par le président George W. Shrub lui-même, ns justice américain n’a étape établi aux complicité du gouvernement des Etats-Unis, seul des lien étroits de connivence et du favoritisme.

Il dorient intéressant du noter que le milieu USO, que montrent aux doigt Olivier Jakob et Izabella Kaminska, est administré par brun Brothers, Harriman & Co. Les nombreuses connexions interlopes entré ce complet prestigieux cabinet d’affaires de Wall street et esquive milieux ns renseignement et du la diplomatie américains, par conséquent que l’appartenance du la plupart de ses dirigeants historiques parce que le plus félicitations des sociétés secret d’outre-Atlantique, les Skull et Bones, ont lété soulignées dans bon nombre ns travaux d’historiens et aux journalistes les américains (voir en particulièrement Family de Secrets, le livre d’enquête également fouillé suite troublant ns Russ Baker.) Prescott Bush, ns grand-père du George W. Bush, fut longtemps l’un des principaux associée de brown Brothers, Harriman & Co.

Voir plus: Top 10 Des Meilleur Buteur Coupe Du Monde 2018 Russie » Liste Des Buteurs

L’opacité aux la gestion du marché pétrolier demeure profonde. Le New York Times s’est inquiété, par exemple, du fonctionnement impénétrable aux IntercontinentalExchange (ICE), une compagnie incontournable sur de nombreux marchés financiers, à départ par ceux du l’énergie. Ns quotidien new-yorkais critiquer en particulier les secret le total maintenu à lintérieur la conduite des tâches de régulation et du contrôle dévolues à ça multinationale puisque la danger financière du 2008. Calcul a été fondée en 2000 par BP, Total, Shell, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Deutsche bank et la compagnie Générale, afin de gérer les échanges électroniques dedans le domaine aux pétrole et de gaz naturel. Ice occupe à partir de maintenant un rôle quartier général dans les gestion du la envoyer – toutes les personnes relative, bruyant le New York Times – des marché dérivés, quel étaient venir coeur aux krach du 2008.