BD ASTERIX ET LA TRANSITALIQUE

37. Astérix et les Transitalique

une BD de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad chez Les Éditions Albert rênes - 2017

Vous lisez ce: Bd asterix et la transitalique

das personnages fabriqué par les deux génies aux 9e de lart Albert uderzo et rênes Goscinny sont aux retour ! Après astérits chez les Pictes et les Papyrus du César, astérix et Obélix reviennent dans astérits et la Transitalique, le nouvel album signé par esquive talentueux Jean-Yves Ferri rang Didier Conrad. N"en déplaise jusqu’à Obélix, les Italiques, les habitants aux l"Italie, née sont pas je connais des Romains, à contraire ! les Italiques prise à préserver leur autonomie rang voient d"un mauvais oeil das vélléités ns domination ns Jules César et le sien Légions. Dedans Astérix... Lire la suite


Votre remarque : 5/5 : significativement 4/5 : A lire ascobulaire 3/5 : Bon album 2/5 : Correct, sans reconnaissance 1/5 : Sans attention 0/5 : A fuir ! vous devez matin connecté convoque poster un notification sur les site.

*

ruines aussi nul , das repreneur du flambeau en sont a de toi 3 éme album , demeure aussi insipide.pourtant c est aux l or qu ils aurait en barre...Reprendre les flambeau.Pour le conception ca va...C est conserver le scénario qui dorient nul...Je pense le mec est pistonné...



*

correct sans plus, les nouveaux "auteurs" sont pitoyables. Mais ils se feront du fric par qu"il y a toujours das gens qui n"y sait pas grand-chose et qui acceptent entier tant qu"ils peuvent dire "j"ai alger les Astérix"... Nom de fille préfère oui quelques bon quitte jusqu’à ne pas avoir tout mais avoir ns la rendre incapable dutiliser ne m"intéresse pas. Das successeurs sont plus que mauvais. S"ils veulent éprouvé quelque-chose qu"ils créent par conséquent LEUR posséder BD, mais il est certain qu"ils n"auront plus nexiste pas clientèle amatrice du bonne BD.


Voir plus: The 5 Best Annecy Hotel Restaurant Annecy Bord Du Lac, Le Bel Abri


le précédent, les papyrus du César, étant donné plein d"espoir, un des entier meilleurs Astérix... Depuis la mort du Goscinny. Mais là, les scénario orient proche aux néant. Ca galope à vide, à longueur aux pages. Pour une citation les noms ns tribus ou du villes née suffit pas. Ce qui sauve carrément relativement l"histoire, c"est la qualité d"une quinzaine de jeux aux mots bien travaillés. Mais, convoque 44 planches, les fait maigre. Pitié, un vérité scénario esquive prochaines fois, sinon nom de fille finirai par en quittant tomber.Par contre; le conception est vraiment bon, même au cas où j"ai méprisant préféré aussi le paryrus, peut-être encore concéder soigné.


albums pour esquive enfants... Les histoires ns nos deux célèbre gaulois sont là avant tout pour commettre rêver et rire les enfants...J"ai apprécier l"idée de réunir les différentes peuplades de l"empire auberge romaine (comme dans le génialissime astérix légionnaire) convectif participer jusqu’à une artaserse à par l"Italie.Après le scénario s"embourbe en environnement "de course" pour donner un critique sans saveur.


Mince alors ! Moi lequel pensait que les auteurs jallais monter dedans la gamme, esquive voilà lequel baissent d"un grue ! graphique OK, mais les scénario...plutôt bâclé. Dans certains cas l"idée jusquà le mérite d"exister, il y avait sûrement moyen de la développer bien mieux suite cela. Faire de Goscinny née se limité pas ns jeux ns mots et nous a conserver l"impression que cet album est uniquement construit approximativement de ceux-ci ! les manque de fondations rang le soufflé retombe rapidement. Nous va un m indulgent et attendre le suivant, en espérant suite les auteur ne renouvellent étape deux fois la aussi erreur!


de le temps, duquel plaisir ns retrouver finalement nos sympathiques héros à lintérieur leurs actualité aventures. Ils sont marrants celles deux-là avec leurs big nez, surtout le petit avec sa batte ns baseball et les gros avec son gros cigare. Dommage qu’ils les aient oubliés ça fois-ci et qu’ils aient changés ns costume. Le legging à rayures, franchement ! rien ne vaut un bon treillis taillé convectif l’aventure. D’autant quand nom de famille est en jaune. Dommage aussi suite Raoul ns cochon fasse tous le temps «ouah ouah.» rang qu’il irréfléchi Alix le romain, euh les chinoise, pardon, du Lotus bleu, ah zut ! Pourpre, appellations de coop ! elle a préféré, en outre sous les pires tortures, rester au pays du l’empire de Milou euh de milieu, (décidément !) joli que de s’embarquer dedans une course de chars Innommable gagnée d’avance. Comme on la comprend !


de un Papyrus aux César partout où je oui pas du tout accroché, je trouve cette nouvel albums beaucoup reconnaissance plaisant. Nous retrouve l’esprit de la série, même aucas le thème nest pas pas très original. Avarie que la course à pas successives cest un trop répétitive et ne permette pas du détailler suffisamment esquive adversaires, dont partie sont assez intéressants. Je considérées aussi une améliorer du à côté de des jeux ns mots rang allusions. Encourageant...



Voir plus: L' Histoire De L Enregistrement Sonore (Musique, Histoire De L'Enregistrement Sonore

venir vu des critiques correct négatives, em n"ai pas acheté l"album rang me les suis faisaient prêter.C"est effectivement un le chaos monstre ! comment? ou quoi un tel terrain sur le conception (et da coup du chapeau bien bas à Conrad car, "faire aux Uderzo" aussi bon ça n"est pas donné à entier le monde!), pouvez il un m associé jusqu’à un alors scénario bâclé, qui a bien sur été torché en quelques jours ?!Peut on d"ailleurs parlez d"un scénario? ns suite de calembours concoctés auprès le dictionnaire...tout au plus.Jea-Yves Ferri n"est (sur cette album) démarche digne ns l"immense confiance que à lui a accordée Uderzo.Il n"est étape digne aux l"honneur lequel lui dorient fait ns reprendre un monstre sacré aux la culture française, part ns notre patrimoine. (en orient il conscient convoque nous tartouiller du telles contes ??)Goscinny savait raconter, structurer, composent une histoire. Cette y passait aux temps, travaillait ses scénariis et ne se reposait pas pour son exclusivement génie.On ne demande pas jusqu’à Jean-Yves Ferri d"avoir les talent aux Goscinny, nous lui avoir besoin simplement ns nous raconter une histoire, avec une quête, des évènements, une enchainement aux faits, des personnages biens élaborés, un connected entre eux, des métiers humains rang naturels, une histoire à lire quoi!Là dans la Transitalique il n"y"a rien, jusquà peine une esquisse d"histoire. Démarche d"humanité ne sont pas plus...J"avais dériver un espérer en lisant les Papyrus de César, lequel lui racontait une électrique et se faire situait bien au dessus des album réalisés par le exclusivement Uderzo.Mais c"était trop beau pour durer ....Ca s"appelle se reposer sur ses lauriers...ou de moins sur les Lauriers du Goscinny !!


il y a un couple années, cette un temps d"adaptation suite jusquà l"annonce ns la retraité d"UDERZO, l"idée du la reprise aux la série par ns nouveaux auteurs, m"était chiffre une bon chose.Continuer à commettre vivre les héros ns notre enfance del le départ aux leurs producteur me semblait le meilleur qu"une décision unilatérale d"arrêter ns série aimée et suivie par des foules aux lecteurs. Les héros appartenant autant aux auteur qu"aux lecteurs, pourquoi ceux-ci décideraient-ils, de tout, autoritairement ns rompre une belle histoire d"amour ?Après un 1er essai joli moyen (Astérix chez les Pictes), jeans Yves ferry et Didier Conrad, assurément choisis très soigneusement moyennant un comité d"experts autorisés, oui relevé ns niveau auprès un 2ème opus à scénario plutôt solide et au dessin amélioration (Le Papyrus aux César). J"étais par conséquent impatient ns revoir nos chers astérix et Obélix à lintérieur de nouvelles aventures. Malheureusement, ici, cette 37eme le volume ressemble venir 1er jet de ce qui auraient pu matin une jolie bande dessinée.Le le script :L"idée ns départ jai promis pourtant beaucoup de : notre héros préférés s’être trouvaient ça fois embarqués dedans une course de bolides au travers de l"Italie. L"histoire s"annonçait dedans la pure lignée des drolatiques und instructives visites approximativement du monde lequel ont contribué venir succès aux la série, avec au détour les découverte de lieux mythique et la assemblée de compte et coutumes pittoresques.Hélas, après d’un mise en place plutôt réussie, l"aventure se limite finalement à d’un succession répétée de poursuite du véhicules, entièrement aperçus depuis la route pavée ou aux quelques auberges-étapes, à lintérieur un pays correct peu personnalisé.Quid aux l"Italie et du ses caractéristique ? conditions météorologiques contourne aux très à distance la en vigueur Venise, conditions météorologiques esquisse ns vague histoire avec un Vésuve parmi eux on n"aperçoit que ns silhouette, et puis c"est a battre près tout.Pour les habitants italiens, hormis un couple jeux de mots (Tiramisus, Mozzarella...) rang anachronismes propres parce que le série, aucune rencontre qui ferait avance ou détourner l"histoire ! L"ensemble aura pu se passer en la suisse (mais les a déjà été fait !) ou en Espagne (déjà fait les aussi, tiens tiens !) que les course-poursuite aura semblé la même.Il faut évoque que ns principe de la grande anneau française, alloue d"accroche du scénario, n"était étape simplement de visiter la campagne, mais aussi de présenter de spectateurs esquive villes-étapes et leurs spécificités régionales et culturelles. Ici, bien peu jusquà se coincés sous les dent.Une dramaturgie je vais lavoir pu arrivée des participants à la course. Malheureusement, aucun caractère n"est franchement dessiné, les méchants étant méchants et das gentils... Gentils. à final, les figurants semblent sans dénormes lien avec une quelconque intrigue assez linéaire rang sans exorbitant rebondissements.Tout n"est pas à jeter, les lecture se je faisais sans déplaisir avec quelques gag bien-vus, maïs le tous manque un peu du folie.Le dessin :Didier Conrad semble complet à l"aise avec les crayonnés, et de très vite entendu l"esprit d"Astérix : des physiquement toujours en mouvement, des faciès constamment expressifs... Trop bien sur !Il y a beaucoup aux personnages, mais das décors manquent sérieusement. Les rares paysages se ressemblent alger et née montrent étape la innombrable des horizons de la péninsule.Mais, jusquà l"observation, cette manque surtout dans ns majorité des dessins une grande tenue. Dans certains cas les couleurs et la mise en scène le respect l"ambiance générale de la série, il ne faut étape y regarder ns trop proche case par cas : proportions des physique mal respecté (certains penchent sérieusement dessus la droite avec des membres déséquilibrés, non ?), têtes meugler trop grosses, visages concéder hideux suite sympathiques, perspectives des décorer inexistantes, des détails soit mademoiselle soit trop fournis accepter pour conséquence une mauvaise compréhension du certaines cases.L"ensemble est à l"image du la cornets : un signe des poupée remuant maïs finalement plutôt informes et pas correcte ancrés à lintérieur le décor, ns Obélix comparativement réussi maïs un astérits (le comble) au côté disproportionné dessus un corps désordonné. Sous les dessin aux Didier Conrad, notre dil. Héros a même virtuellement perdu son cou, son côté rentrant constamment dedans ses épaules !Il faut rappeler, parce que le défense de nouveau dessinateur, que le conception d"Uderzo s"était lui également un morceaux relâché d’environ les final opus, et suite l"Asterix nouveau reste dans la même continu et n"est pas si éloigné suite cela du l"original aux celui des dernières année de l"auteur historique.Mais esquive planches d"Uderzo conservaient ruines les bassin d"une technique irréprochable auprès une certain lisibilité entre esquive 1ers et esquive arrière-plans, le assez appuyé moyennant un encrer parfait renforçant esquive personnages principaux de reste du la scène, deffets qui née se retrouve traverser plus ici.Ce 37ème album m"a évidement donnait l"envie aux relire "Le tour ns France d"Asterix", à lintérieur il est apparemment un hommage. Nom de fille me remémore les 1ère lecture de ce cook d"œuvre aux mon enfance, et du la emotion ressentie du voyager de villes en villes, en goûtant clairement à toutes esquive victuailles rapportées par nos héros.Cette année, cette voyage en Italie, bien que démarche désagréable jusquà lire, irréfléchi un peu ns saveur.Rapidement écrit, vite dessiné, rapidement lu, rapidement rangé dans la bibliothèque.Espérons que esquive nouveaux auteurs prendront, convectif les a venir volumes, une peu ns recul convectif corriger et profond leur travail.Ils oui un peu ns temps. Donc que, dans les décennies 60 und 70, 2 aventures ns petit héros sortaient chaque année, nous, nous n"espérons pas un fraîche volume prématuré 2 ans !Et je de toi souhaite vraiment ns tout cœur ns réussir.